Biographie

Esther Duflo, née le à Paris, est une économiste franco-américaine. Professeure au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et au Collège de France, elle reçoit le prix « Nobel » d'économie en 2019 conjointement avec son époux Abhijit Banerjee et Michael Kremer.

Enfance et études

Esther Duflo naît le à Paris dans une famille protestante,. Son père est le mathématicien Michel Duflo et sa mère est médecin pédiatre et participe régulièrement à des actions humanitaires en tant que médecin. Esther Duflo a un frère et une sœur. La famille grandit à Asnières (Hauts-de-Seine).

Dans sa jeunesse, Esther pratique le scoutisme au sein des Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France. Elle est responsable du groupe local de Bois-Colombes,. Elle travaille aussi comme bénévole dans plusieurs ONG.

Après avoir obtenu son baccalauréat, Esther Duflo entre en classe préparatoire « lettres et sciences sociales » (B/L) au lycée Henri-IV à Paris. Elle est classée 4e au concours d'entrée de l'École normale supérieure en 1992, groupe « sciences sociales », où elle commence par étudier l'histoire.

Elle obtient sa maîtrise d'histoire (avec un mémoire sur le premier plan quinquennal de l'URSS) et d'économie en 1994, après dix mois passés à Moscou en 1993. Sur les conseils de Thomas Piketty, elle se tourne vers l'économie appliquée,. Esther Duflo, après avoir intégré l'École normale supérieure, avait également suivi le magistère d'économie de Paris-I de 1992 à 1993, avant de faire le DEA APE de l'EHESS et une thèse au MIT. En 1996, elle obtient l'agrégation de sciences économiques et sociales,,.

Elle est aussi à cette époque assistante de recherche de Jeffrey Sachs et de Daniel Cohen,.

Thèse et début de carrière

En 1999, elle soutient sa thèse de doctorat au département d'économie de l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT), sous la direction de l'économiste indien Abhijit Banerjee. Sa thèse, intitulée Three Essays in Empirical Development Economics (Trois essais sur l'économie empirique du développement), est consacrée à l'évaluation économique des projets de développement. La même année, elle intègre le département d'économie du MIT comme assistant professor. En 2002, à l'âge de 29 ans, elle accède au poste de professeur associée. Après une année en détachement à l’université de Princeton, elle est titularisée au MIT et obtient le titre de professeur en 2004, à l’âge de 32 ans. Ce retour au MIT s'accompagne de la création du Poverty Action Lab (voir Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab).

Carrière

Esther Duflo est corédactrice des revues Review of Economics and Statistics et Journal of Development Economics ; en 2007, elle est nommée rédactrice fondatrice de la revue American Economic Journal: Applied Economics.

Fin 2012, elle est nommée au sein du President’s Global Development Council, un organisme américain chargé de conseiller le président des États-Unis Barack Obama ainsi que les hauts dirigeants de l’administration sur les questions de développement[réf. nécessaire].

En 2015, elle est codirectrice de J-Pal (Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab, laboratoire Abdul Latif Jameel d'action contre la pauvreté) au MIT, dans lequel elle joue un rôle majeur du point de vue scientifique comme de celui de la gestion et de la levée de fonds. Par ailleurs, Esther Duflo détient la première chaire internationale « Savoirs contre la pauvreté », au Collège de France, soutenue par l'Agence française de développement puis la chaire statutaire au Collège de France « Pauvreté et politiques publiques » depuis 2022.

Membre de à l'Académie américaine des arts et des sciences, de l'Académie des technologies et membre correspondant de la British Academy, elle siège depuis 2018 au Conseil scientifique de l'Éducation nationale.

Elle obtient en 2019 le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel aux côtés de son époux Abhijit Banerjee et de Michael Kremer, pour leurs travaux sur la lutte contre la pauvreté,.

En 2020, elle accepte l’invitation de l’École d'économie de Paris (PSE) et de l’université Paris sciences et lettres (PSL) à un séjour d’enseignement et de recherche durant l’année scolaire 2020-2021.

Vie privée

Esther Duflo possède la nationalité américaine depuis 2012. Elle parle l'anglais, l'allemand et le russe.

Elle épouse son ancien professeur au MIT, l'économiste et universitaire Abhijit Banerjee en 2015. Ensemble ils ont deux enfants : Noémie, née en 2012, et Milan, né en 2014.

Issue d'une famille de gauche, elle se considère elle-même comme de « la gauche pragmatique ».

Son domaine de recherche est l'économie du développement, en particulier la santé, l'éducation, l'accès au crédit, en passant par la lutte contre la corruption.

Méthode

Avec Michael Kremer, Abhijit Banerjee, Jeff Carpenter, John List et Sendhil Mullainathan, elle est une pionnière du développement d'un certain type d'expériences de terrain. Sa méthode consiste en l'étude d'une question limitée et précise, avec comparaison entre un groupe témoin et un groupe d'expérience, tirés au hasard. Ces essais randomisés contrôlés sont classiques en biologie, mais plus rares en économie. Ils sont devenus - en partie sous son impulsion - bien plus courants dans la discipline. Alors qu'ils n'étaient pratiquement jamais mentionnés dans la littérature dans les années 1980, 10 % des articles publiés en 2016 mentionnent ces « Randomized Controlled Trials » (RCTs)[réf. nécessaire]. Parce qu'on considère souvent que ce type d'expérience a une bonne validité interne, on qualifie parfois l'émergence de ces méthodes comme participant de la controversée révolution de crédibilité, révolution dont Esther Duflo serait ainsi une des actrices majeures.

Elle décrit sa méthode de travail comme « vraiment micro. Mes projets portent toujours sur une question simple, épurée, qui a trait à la réaction des gens dans un contexte précis. » Sous l’impulsion de son groupe de recherche, ce genre de méthode devient courant dans les agences d'aide au développement et à la Banque mondiale.

Réputation

L'hebdomadaire américain The New Yorker la décrit comme « une intellectuelle française de centre gauche qui croit en la redistribution et [qui] souscrit à la notion optimiste (qui va peut-être au-delà de données fermes) que demain sera peut-être meilleur qu'aujourd'hui,. »

Critiques

Denis Clerc, qui reconnaît ses mérites dans l'analyse des « pièges à pauvreté » et le test de l’efficacité de tel ou tel dispositif pour sortir de la pauvreté grâce à une amélioration des conditions de vie, explique que son approche bottom up (par le bas) est efficace et innovante et permet de rompre avec le fatalisme. Mais il ne faut pas pour autant oublier le volet top down pour lutter contre trois fléaux : la mauvaise gouvernance et la corruption, les guerres civiles et l’insuffisance de moyens financiers pour les services publics de santé et d’éducation, et les infrastructures indispensables. Esther Duflo, elle, considère que « le discours sur la mal-gouvernance, on l'entend souvent dans la bouche de gens de droite : il leur sert d'argument pour ne rien faire ou réduire les budgets ».

Gaël Giraud, ancien économiste en chef de l’Agence française de développement (AFD), affirme également que les essais aléatoires menés par le J-Pal au MIT sont extrêmement coûteux et donnent des résultats qui varient trop selon le lieu et l’époque pour en déduire une loi générale. De plus le J-PAL n'a pas de réflexion approfondie sur l'éthique de l'expérimentation sur des êtres humains.

Pour Arthur Jatteau et Agnès Labrousse[Qui ?], les méthodes randomisées ne sont applicables qu'à des mesures d'aide simples et le coût des études est élevé. Le groupe témoin est privé de la mesure concernée. Il serait en fait possible de dispenser cette aide à l'ensemble de la population avec le même budget si l'on ne faisait pas l'étude. Pour les deux économistes, il serait dommage de se borner à ce type d'étude qui ne donne aucune explication au niveau macroéconomique ou même sur les questions microéconomiques d'importance. De plus, la méthode n'est pas si nouvelle, ayant été utilisée dans les sciences sociales dès les années vingt, comme à Chicago, sur une étude sur la participation électorale et en économie en 1968 sous l'impulsion d'une doctorante du MIT, Heather Ross.

Décorations

  • Commandeur de la Légion d'honneur en 2020.
  • Officier de l'ordre national du Mérite en 2013.

Médailles et prix

  • 2002 : prix Elaine-Bennett pour la recherche de l'American Economic Association. Ce prix récompense une femme de moins de quarante ans dont les contributions en recherche économique sont exceptionnelles.
  • 2005 : prix du meilleur jeune économiste de France, décerné par Le Monde et le Cercle des économistes.
  • 2009 : lauréate de la bourse MacArthur.
  • 2010 : médaille John-Bates-Clark pour son rôle essentiel dans l'économie du développement, en recentrant cette discipline sur les questions microéconomiques et les expériences à grande échelle sur le terrain.
  • 2010 : prix international Calvó-Armengol
  • 2011 : médaille de l'innovation du CNRS.
  • 2014 : prix Albert O. Hirschman, aux côtés d'Abhijit Banerjee et du Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab.
  • 2014 : prix Erna Hamburger de la fondation EPFL-Women In Science and Humanities.
  • 2014 : prix Infosys en sciences sociales.
  • 2015 : prix Princesse des Asturies des sciences sociales pour ses travaux d'études sur les causes de la pauvreté et ses propositions pour la combattre à partir du prisme microéconomique.
  • 2019 : prix Nobel d'économie aux côtés de Michael Kremer et Abhijit Banerjee pour leurs travaux sur la lutte contre la pauvreté.

Doctorats honoris causa

Esther Duflo a reçu plusieurs doctorats honoris causa :

  • Université catholique de Louvain (Belgique, 2010)
  • London Business School (Royaume-Uni, 2011)
  • Université Yale (États-Unis, 2013)
  • HEC Paris (France, 2015)
  • Université Érasme de Rotterdam (Pays-Bas, 2019)

Classements

En mai 2008, le magazine américain Foreign Policy la fait figurer sur sa liste des 100 premiers intellectuels mondiaux.

En 2010, Foreign Policy la classe 38e dans sa liste des 100 premiers penseurs mondiaux (Top 100 Global Thinkers), 60e en 2011, puis 62e en 2012.

En 2011, le magazine américain Time la fait figurer sur sa liste des 100 personnes les plus influentes au monde.

  • Expérience, science et lutte contre la pauvreté : [leçon inaugurale au Collège de France prononcée le jeudi 8 janvier 2009], Paris, Fayard, , 74 p. (ISBN 978-2-213-64412-7)
  • Le Développement humain. Lutter contre la pauvreté (I), Paris, Le Seuil / République des idées, , 103 p. (ISBN 978-2-02-101474-7)
  • La Politique de l'autonomie. Lutter contre la pauvreté (II), Paris, Le Seuil / République des idées, , 103 p. (ISBN 978-2-02-101187-6)
  • avec Abhijit V. Banerjee (trad. de l'anglais), Repenser la pauvreté, Paris, Le Seuil / Les Livres du Nouveau Monde, , 422 p. (ISBN 978-2-02-100554-7)
  • avec Abhijit V. Banerjee (trad. de l'anglais), Économie utile pour des temps difficiles, Paris, Le Seuil, , 504 p. (ISBN 978-2-02-136656-3)
  • Afia Qui saura la guérir ? (ill. Cheyenne Olivier), Paris, Le Seuil, coll. « Seuil jeunesse / La pauvreté expliquée par Esther Duflo », (ISBN 9791023516210)
  • Bibir Un coup de pouce pour la sorcière (ill. Cheyenne Olivier), Paris, Le Seuil, coll. « Seuil jeunesse / La pauvreté expliquée par Esther Duflo », (ISBN 9791023516869)
  • Neso et Najy Même pas peur de la grande ville ! (ill. Cheyenne Olivier), Paris, Le Seuil, coll. « Seuil jeunesse / La pauvreté expliquée par Esther Duflo », (ISBN 9791023516227)
  • Nilou Fini l'école buissonnière ! (ill. Cheyenne Olivier), Paris, Le Seuil, coll. « Seuil jeunesse / La pauvreté expliquée par Esther Duflo », (ISBN 9791023516203)
  • Oola En avant les élections ! (ill. Cheyenne Olivier), Paris, Le Seuil, coll. « Seuil jeunesse / La pauvreté expliquée par Esther Duflo », (ISBN 9791023516876)
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Esther Duflo » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie

  • Arthur Jatteau, Les expérimentations aléatoires en économie, Paris, La Découverte, coll. « Repères », , 128 p. (ISBN 978-2-7071-6946-4)
  • Laurence Caramel et Antoine Reverchon, « Esther Duflo ou l’ambition de faire quelque chose d’utile », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  • André Encrevé, « Duflo, Esther Caroline », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 2 : D-G, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2020, p. 299-300 (ISBN 978-2-84621-288-5)

Articles connexes

  • Économie du développement
  • Liste d'économistes

Liens externes

  • (en) Site officiel
  • Ressources relatives à la recherche :
    • Canal-U
    • Collège de France
    • Diffusion des savoirs de l'École normale supérieure
    • Google Scholar
    • Research Papers in Economics
    • (en) Digital Bibliography & Library Project
    • (en) Mathematics Genealogy Project
    • (mul) Scopus
    • (en) Semantic Scholar
  • Ressource relative au spectacle :
    • Les Archives du spectacle
  • Ressource relative à l'audiovisuel :
    • (en) Internet Movie Database
  • Entretien vidéo avec Esther Duflo (La Vie des idées - mai 2009)
  • Entretien avec Laure Adler- L'Heure bleue France Inter- 17 janvier 2019
  • Extrait de la leçon inaugurale d'Esther Duflo au Collège de France
  • Extraits vidéo de la conférence de presse d'Esther Duflo au Collège de France
  • Vidéo conférence sur TED
  • Compte-rendu de son livre Lutter contre la pauvreté sur nonfiction.fr
  • Portail de l’économie
  • Portail des universités
  • Portail des universités américaines
  • Portail du prix Nobel
  • Portail du XXIe siècle
  • Portail des États-Unis
  • Portail de la France

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Esther Duflo de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Les interviews

La chaine YouTube